2007 – à Gennevilliers

En 2007 un voyage en région parisienne 

A l’invitation de Thibault Maillé, chef de choeur de la chorale de Genevilliers, nous nous rendions donc en banlieue parisienne, toujours magistralement et fidèlement drivés par notre Piotr de chauffeur.
Il s’agissait là d’un festival de chorales qui se déroulait sur un après-midi. Nous passions en troisième position et deux chorales chantaient après nous.
Nous avons pu entendre des groupes de compositions et répertoires très différents. Sans problème, Allegria a trouvé sa place après un temps de préparation assez intense car nous étions confinés dans une pièce qui doit servir de vestiaire habituellement (la salle est un gymnase). 
L’organisation était parfaite et le public nombreux… c’est très stimulant.
Le lendemain, après avoir dormi chez l’habitant chanteur, nous étions reçus par la chorale « Amitié » que dirige Thibault autour d’un copieux repas préparé avec beaucoup d’attention par nos hôtes.
Puis nous rentrions sous la conduite bienveillante de Piotr.

En 2008 les retouvailles à Lacanche (salle des fêtes)

Lacanche ! quelle idée de recevoir nos amis de Genevilliers dans ce lieu ?
Et bien tout simplement parce que c’est à Lacanche qu’Anne Haratyk, chef de choeur d’Allegria, a chanté puis dirigé sa première chorale (en 1986 !) et les attaches y sont encore très fortes.
Tout d’abord Pierre Gobbo, maire et conseiller général, qui a beaucoup facilité ce retour, comme il avait coutume de favoriser tout ce qui était animation culturelle sur Lacanche. Soulignons que lui et Brigitte, son épouse, ne ratent pas une occasion de venir écouter Allegria pour son concert annuel. 
Mais aussi, les anciens choristes de la chorale Cant’Acinna qui ont répondu « présent » à l’appel de ce rendez-vous… Présents pour le concert mais aussi pour l’organisation de l’accueil de ces deux choeurs… les p’tits plats dans les grands… la bonne humeur, les chansons… tout ce qui fait la chaleur et la qualité de ces échanges… soirée malheureusement écourtée par les contraintes horaires du chauffeur de car de nos hôtes.
Il fallut donc s’arracher à nos amis Lacanchois, instigateurs de cette belle rencontre. Mais que de bons souvenirs !

 

16-17-18 juin 2006

La Messe en ré d’Anton Dvorak , direction Pierre Cao, pour orgue et 120 Choristes .

Ce projet, à l’initiative du Conseil Régional de Bourgogne, a réuni les chorales Koldodi de Velars-sur-Ouche, dirigée par Sybille Farinelli, Divertimento de Pouilly en Auxois, dirigée par Emmanuel Aubry, Cantalude d’Ancey, dirigée par Bruno Guichard et Allegria de Brochon et Fixin, dirigée par Anne Haratyk.

Sous la direction de Pierre Cao, les choeurs ont interprété la messe en ré d’Anton Dvorak avec 4 solistes du choeur Arsys Bourgogne et Sylvain Pluyaut à l’orgue.

Le travail s’était fait en amont par chaque chorale avec son chef de choeur. Des répétitions à 2 ou 3 choeurs, parfois les quatre, se sont organisées ponctuellement dans l’année et elles étaient dirigées par Pierre Cao.

Les concerts ont eu lieu à Nuits-Saint-Georges, à Velars-sur-Ouche et à Pouilly-en-Auxois. En première partie, chaque chorale présentait un aperçu de son répertoire puis la messe était donnée en deuxième partie.

Ce fut l’occasion pour les choristes d’approcher le travail d’une oeuvre complète sous la direction d’un chef et de musiciens professionnels. Chacun s’est pris au jeu et reste enchanté de cette expérience.

2006 – en Thiérache

Voyage à Hirson et Avesne-sur-Helpe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la proposition de Daniel et Jacqueline, choristes d’Allegria, nous partions à la rencontre d’une chorale de l’Avesnois, répétant tour à tour à Hirson et à Avesne-sur-Helpe. Les églises de ces deux villes furent donc les lieux de nos concerts.

L’aspect touristique ne fut pas négligé : visite du familistère de Guise, quelques échappées chez nos amis Belges pour des emplettes… de brasserie  qui ne furent pas sans poser de problèmes à notre chauffeur : « Comment répartir tout ça dans les soutes du bus ? »… Quel dévouement ce Piotr !!

Là encore, les pots d’après-concerts furent révélateurs de talents insoupçonnés… on s’aperçut ainsi que chacune des deux chorales recelait… une Dalida ! La rencontre fut hilarante et mémorable.
Là encore un retour s’imposait…